Hackable n°23 est actuellement chez votre marchand de journaux

Voici venir le printemps, avec le retour du soleil tôt le matin, les petits oiseaux énervant (tôt le matin aussi), les pâquerettes qui s’ouvrent timidement et surtout, surtout, le numéro 23 de Hackable !

Le sujet principal de cette nouvelle édition se penchera sur la mise en oeuvre d’une solution permettant à vos projets Arduino de se connecter au réseau mobile.

Pas question ici d’espérer des débits importants (GSM/2G) mais ceci peut être une réalisation économique très intéressante pour qui veut garder un œil sur l’état d’une installation sans pour autant reposer sur une connectivité internet. Après avoir regardé de près le fonctionnement des modules et shields à base de SIM800/SIM900, couplé à un forfait téléphonique à prix cassé (oui, on parle ici du forfait Free à 2€), et la façon de configurer le tout via des commandes Hayes, nous nous intéresserons à une réalisation 100% pratique : un moniteur de température avec alerte SMS et messages de service.

Ce numéro 23 est aussi l’occasion d’introduire une nouvelle rubrique dans le magazine : « Retro Tech ». Celle-ci est destinée à contenir régulièrement des articles sur deux domaines très en vogue en ce moment, le rétro-gaming et le rétro-computing.  Nous y traiterons, bien entendu, principalement de matériel et en particulier des produits offrant une seconde vie aux machines vintages, des rénovation de console et d’ordinateur d’un autre âge, des choses à savoir lorsqu’on cherche à réutiliser ces précieuses reliques et à les chouchouter comme il se doit, etc.

Mais les 96 pages de ce 23ème numéro ne se limitent pas à cela, on y parle d’ESP32, de calculatrices, de transmission d’images, de capture de vidéos avec VLC, de C, de Z80 ou encore Windows WSL, une solution créée par Microsoft permettant de lancer des exécutables GNU/Linux directement dans Windows 10 et donc d’ajouter une grosse pincée de tout ce qu’on aime de la Raspberry Pi dans le système de Redmond.

Au sommaire de ce numéro :

  • Equipement
    • p.04 : NumWorks : la calculatrice open source française
    • p.14 : Visualisez, enregistrez ou transmettez la sortie HDMI de votre Pi
  • Ardu’n’co
    • p.24 : Découvrez le multitâche avec votre ESP32
  • En couverture
    • p.32 : Connectez votre Arduino au réseau mobile
    • p.48 : Créez une sonde de température qui vous alerte par SMS
  • Embarqué & Informatique
    • p.60 : Boostez vos développements Linux sous Windows avec WSL
  • Nouvelle rubrique : Retro Tech
    • p.72 : C64 reloaded MK2 ou la renaissance du Commodore 64
  • Démontage, Hacks & Récup
    • p.84 : Votre ordinateur 8 bits sur platine : assez joué ! On passe au C !

 

 

5 commentaires sur “Hackable n°23 est actuellement chez votre marchand de journaux

  1. Superbe !
    Question à propos de l’article sur le réseau mobile : est-il possible d’accéder (via le shield arduino SIM900) aux contacts ainsi qu’aux messages enregistrés dans la carte SIM ?

    • Oui. Pour les contacts, on utilise AT+CPBS pour choisir le support à lire (« SM » pour la carte SIM), AT+CPBF pour avoir la liste, et AT+CPBR pour lire une entrée.
      Pour les SMS, même principe, AT+CPMS pour choisir le support (« SM » pour la SIM), puis AT+CMGL pour lister et AT+CMGR pour lire.

  2. Hello,
    J’ ai eu l’impression en lisant c’est excellent numéro, que l’article sur le commodore 64 a été … facile. Juste une intuition, qu’il aurait pu être plus long. Bientôt quelque-chose de similaire sur le VG5000 ou le MO5?

    L’esp32 semble être vraiment le « Uno » de ces prochaine annees, mais je me suis sentis exclus par la mention « pour nous, programmeurs » en titre de la page 24 bouh.

    Bye

    • L’article sur le Commodore 64 Reloaded MK2 avait surtout pour but de présenter cette solution qui, justement, offre de grandes facilités par rapport à la restauration véritable d’un C64 « historique ». Je ne voulais pas non plus trop m’étendre sur ce qui est, après tout, non seulement une solution de facilité mais aussi et surtout un produit commercialisé par un unique fabricant. Nous reviendrons, à un moment, sur une restauration véritable d’un C64 (j’en ai dans différents états de conservation).

      Quant au « pour nous programmeurs », il faut lire « pour nous qui programmons » et non pas « pour nous professionnels de la programmation ». « Programmeur », pour moi, ne signifie absolument pas « qui gagne sa vie en programmant » mais simplement « qui programme ». Si vous utilisez une carte Arduino, vous êtes, par définition, un programmeur, puisque programmer est le seul moyen de se servir de la carte.

  3. Bonjour,
    J’ai été très agréablement surpris par l’article sur le Z80 et par la découverte de sdcc (sa doc est superbe : page 20, ils signalent que … cette doc peut détourner de son objet, intimider…).
    Je crois que sdcc a été fait à l’origine pour les 8051 et dérivés (pilotaient les minitels, des millions de machines à café, entre autres). L’avantage d’un microcontrôleur (par rapport à un processeur comme le Z80 ) est qu’il y a beaucoup moins de fils à souder/enficher pour avoir une ligne série et un peu de mémoire….
    On peut être enthousiasmé par la lecture de ce que vous faites pour le Z80 et un peu effrayé par le volume de câblage impliqué (et je ne sais toujours pas, même après avoir lu la doc et joué avec sa génération de code -il est rès facile d’accèder à l’assembleur généré, et donc de le découvrir- , si la suite sdcc contient un debugguer qui peut se passer de processeur -fonctionnerait en simulateur pur, ce qui serait parfait pour moi-

Les commentaires sont fermés.