Hackable 8 disponible chez votre marchand de journaux !

Hackable 8Voici venir le nouveau numéro de Hackable pour les mois de septembre et octobre avec comme sujet/domaine principal la domotique ou comment intégrer pleins de bidouillages dans votre habitat pour rendre votre maison ou appartement un peu plus « malin »…

Il est difficile voire impossible de couvrir absolument tout ce qui est réalisable pour ajouter une pointe d’électronique dans un environnement de vie.

La sélection d’articles de ce numéro se concentrera donc sur l’aspect énergétique et calorique en couvrant la mesure de températures, la centralisation des données,  le contrôle de chaudière et la surveillance de la consommation électrique…

Au sommaire de ce numéro :

  • Équipement
    • p.04 LaunchPad MSP432 : en route pour le multitâche ! La nouvelle carte de la gamme LaunchPad de Texas Instruments utilise un microcontrôleur MSP432 à cœur ARM Cortex-M4F. L’environnement Energia offre pour cette plateforme une nouveauté de taille : l’exécution parallèle de plusieurs croquis !
  • Ardu’n’co
    • p.14 Construisez votre programmeur Arduino, sans utiliser d’Arduino. Il est possible d’utiliser une carte Arduino comme programmeur pour enregistrer un code dans les microcontrôleurs Atmel AVR. Nous poussons ici plus loin le principe en assemblant un programmeur AVR sur platine à essai et en économisant ainsi une précieuse carte Arduino…
    • p.24 Arduino presque sans Arduino, ou comment programmer sans les roulettes.  L’environnement Arduino offre des facilités remarquables, mais savez-vous qu’il vous est également possible, dans ce même IDE, de programmer en C/C++ « pur » et ainsi économiser de la flash et de la mémoire ?
  • En couverture
    • p.34 Assemblez un réseau de capteurs de température sans vous ruiner. En utilisant quelques composants et modules très en vogue, il vous est possible de créer une petite flotte de capteurs accessibles en Wifi et ainsi de déployer un réseau qui vous permettra de connaître précisément la température de chaque pièce. Le tout avec un budget le plus serré possible…
    • p.48 Réseau de capteurs de température : le côté Pi. Pour relever les températures de votre réseau et agir en conséquence, rien de mieux qu’une carte Raspberry Pi configurée en point d’accès Wifi et un petit bout de code en Python.
    • p.60 Contrôler sa chaudière à distance avec un Raspberry Pi. Votre chaudière n’est pas un modèle dernier cri, communicante et pilotable depuis le « klaoude » ? Pas de problème, une Pi, quelques relais et vous voici en mesure de mettre le chauffage en route depuis votre smartphone où que vous soyez !
    • p.68 Supervisez votre consommation électrique sur Raspberry Pi. Brancher plein de modules, de cartes, de PC et de montages à tout va c’est bien. Lever le pied sur sa consommation et garder un œil sur sa facture d’électricité c’est encore mieux. Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups en branchant votre Raspberry Pi à votre compteur électrique ?
  • Tension
    • p.76 Charger une voiture électrique avec du matériel libre. Ce n’est pas parce que vous avez opté pour un véhicule électrique que vous devez vous rendre dépendant d’un fabricant ou d’une marque. Découvrez ici comment il est possible de charger une Renault Zoé tout en gardant le contrôle sur le matériel utilisé.
  • Embarqué & informatique
    • p.84 Exploitez un petit écran tactile pour Raspberry Pi avec Pygame. Ajouter un écran miniature sur une Pi c’est bien mignon, mais si votre objectif est d’ajouter une interface conviviale à vos projets il faudra passer par un peu de programmation graphique. Ça tombe bien avec Python et PyGame c’est un jeu d’enfant !
    • p.95 Une ligne de commandes dans un navigateur pour votre Pi 2. La ligne de commandes c’est que du bonheur, mais on a pas toujours un adaptateur USB/série, un PC avec SSH ou écran/clavier sous la main. Cet article présente une solution pour obtenir une ligne de commandes (shell) depuis un simple navigateur web et, par la même occasion, explique comment proprement installer un logiciel même si aucun paquet Raspbian n’est encore disponible pour votre modèle de Raspberry Pi.

Retrouvez les sources et fichiers utilisés dans le magazine sur GitHub.

24 commentaires sur “Hackable 8 disponible chez votre marchand de journaux !

  1. Super numéro !
    L’article sur le MSP432 m’a donné envie d’en acheter un pour essayer. Le multi-tâches aussi simple que ça, c’est une révolution. Il ne manque que la gestion de priorités et un système de mutex (exclusion mutuelle) pour gérer le accès aux ressources matérielles.
    Le réseau de capteur sur WiFi m’a donné des idées pour ma propre maison. Il ne manque plus qu’un système pour commander les radiateurs un à un, chauffage centrale pas électrique.
    Bref, le niveau augmente tout en restant accessible.
    A+
    Xavier

    • Merci :)
      Energia MT (la partie multitâche d’Energia 16) comprend les exemples de divers technologies et mécanismes liés au multitâche. Je ne crois pas qu’il y ait d’implémentation de mutex pour l’instant mais le microcontrôleur offre des facilités au niveau matériel pour cela. Je pense que le support va s’étoffer dans Energia et que les implémentations déjà présentes dans les exemples seront intégrées dans les bibliothèques standards. C’est encore tout frais mais nul doute que ceci risque de rapidement se bonifier.
      En ce qui concerne le contrôle des radiateurs à eau chaude de façon individuelle, l’électrovanne est sans doute la direction à prendre. Par contre, mieux vaut opter pour du matériel de qualité et adapté (température, pression, etc). Je ne suis pas chauffagiste ou plombier mais il faut également prendre en considération le fonctionnement même d’une installation de chauffage. Quand on commence à chercher sur le web, il est souvent question de « soupape de pression différentielle » ou de « circuit de délestage »… Je ne peux m’empêcher de me demander ce qui pourrait se passer en cas de bug avec toutes les vannes fermées et la chaudière en marche à fond.
      Ceci dit, je vais peut-être tester cela sur les radiateurs de la salle de bain, avant de m’attaquer au protocole de la chaudière. Merci pour l’idée ;)

      • Bonjour, merci pour le magazine, même si il fait baisser mon WAF tous les 2 mois !
        Concernant la problématique des circuits de chauffage, un circuit de « délestage » est juste un radiateur qui reste ouvert sur le circuit pour ne pas que la pompe force sur un circuit fermé. Un petit radiateur dans un couloir par exemple sur lequel on enlève le robinet et hop. un peu plus simple que d’installer une soupape différentielle !
        Aujourd’hui les normes environnementales font que tous les circulateurs utilisent des moteurs à faible consommation qui s’arrêtent de tourner si le circuit est fermé. Mais sur un circulateur plus ancien il pourrait être possible de de connaître l’intensité absorbée (via une pince ampermétrique ?) et d’arrêter le circulateur à partir d’un certain seuil.
        Electrovannes, c’est pour l’arrosage, avec une bobine et des gros coups de bélier, pas bon sur les tuyaux acier ou cuivre … il existe 2 types de vanne, les thermiques qui utilisent une petite résistance qui en chauffant un liquide ferment le circuit (ou radiateur suivant ou elle est posée). Je crois que ça existe en 230V et en basse tension, c’est pas très cher mais ça se déplace doucement et ça ne vit pas toujours très longtemps, a vérifier avant chaque hiver !
        Et les vannes avec un petit moteur piloté par une entrée 0-10V pour ouvrir de 0 à 100%.
        Bon aller on est pas sur un site de chauffagiste ici, non mais !

  2. Je n’ai pas encore tout lu, mais il semble y avoir beaucoup de choses intéressantes :).
    Bon je fais partie des personnes qui n’aiment pas trop les ondes, donc capter les températures via le Wifi ne m’attire pas tellement que ça. Nous pourrions pas faire le même chose avec le CPL et éviter ainsi les ondes ? J’ai vu qu’il existait un circuit, le TDA5051A, mais cela semble malgré tout assez compliqué à mettre en place. Peut-être pour un futur article :) ?

    • Le TDA5051A semble être juste un modem, il faut donc ajouter le reste de l’électronique permettant de s’interfacer avec le courant domestique. En creusant un peu on tombe sur le ATPL250A d’Atmel qui semble plus facile à utiliser. « Jouer » avec le courant domestique est cependant risqué et il faut être très prudent car on peut être malheureusement amené à devoir tester le circuit/montage « in vivo ». A titre personnel c’est un terrain sur lequel je préfère ne pas m’aventurer. Si je devais ne pas utiliser de communication sans fil pour mes projets je pense que j’opterai plutôt pour le fait de tirer de nouveaux câbles que d’utiliser une technologie CPL.

      • ATPL250A …. hmmm intéressant, mais cela reste cher si l’on ne souhaite transférer que quelques bits par secondes.
        J’avais réfléchi à une application CPL de pauvres avec des modules émetteur-récepteur 433MHz avec l’antenne connectée à la phase via un tout petit condo = circuit ouvert pour le 50 Hz circuit fermé pour le 433MHz ? Mais comme je n’ai pas un gros bagage d’électronique et j’ai toujours eu peur d’essayer.

        • Je n’ai jamais « jouer » avec les CPL mais sauf erreur de ma part ceci consiste à détecter le moment où la phase passe par le zéro volt. Vous n’êtes pas le seul à qui les hautes tensions font peur et c’est très bien comme ça. C’est le jour où on n’a plus peur que l’accident arrive.

  3. « Quand on commence à chercher sur le web, il est souvent question de « soupape de pression différentielle » ou de « circuit de délestage »… Je ne peux m’empêcher de me demander ce qui pourrait se passer en cas de bug avec toutes les vannes fermées et la chaudière en marche à fond. »
    Effective une coupure de la chaudière en cas de surpression dans le circuit me parait un minimum pour assurer la sécurité.
    Pour commander, les radiateurs, il faudrait des têtes thermostatiques intelligentes communicantes et avec un protocole ouvert.

    • Têtes thermostatiques… oui, intelligentes… oui, communicantes… oui et avec un protocole ouvert.. aïe !

      En lisant le commentaires, j’avais littéralement le son en tête des pièces de monnaies qui tombent… kling, kling, kling… jusqu’à « ouvert » où un grand silence s’est abattu. Le crois que « installation sanitaire » et « protocole ouvert » sont des termes qui sont encore très rarement utilisés de concert une brochure de constructeur.

      Ceci dit, il doit être possible d’analyser le fonctionnement de produits existant de façon à les interfacer « de force » avec des montages « maison ».

      Je suis tombé sur ceci par exemple : http://www.conrad.com/ce/fr/product/560897/Tete-thermostatique-sans-fil-eQ-3-MAX

      Il est fait mention d’une fréquence de 868 MHz. Il est possible que la liaison radio soit pilotée par un composant dédié, peut-être même un composant disposant d’une lib Arduino… Et ce n’est qu’un modèle parmi d’autres. Voilà qui titille ma curiosité…

  4. Très content de mon achat.
    Toujours des articles longs, ce qui est agréable, car vous prenez le temps d’être pédagogue. J’ai beaucoup aimé l’article sur la programmation des microcontrôleurs, qui permet d’entrevoir des montages détachés des plaques lab et alimentations USB pour faire place à un circuit imprimé avec son électronique pour son application propre.

    J’ai également beaucoup aimé l’article sur la téléinformation qui pourrait se prolonger sur une application type « délestage », je suppose. Une application qui pourra être intégrée à cette « centrale domotique » évoquée. ^^

  5. Bonjour,

    Suite à votre article: « Exploitez un petit écran tactile pour Raspberry Pi avec Pygame », si on part d’une version récente de Raspbian Wheezy il faut ajouter une ligne de commande entre les deux lignes que vous donnez dans votre magazine pour que ça fonctionne.

    curl -SLs https://apt.adafruit.com/add-pin | sudo bash
    sudo apt-get install raspberrypi-bootloader -> ligne ajoutée
    sudo apt-get install adafruit-pitft-helper

    Voilà

  6. Bonjour,
    Comme d’habitude, articles complets et progressifs.
    Cependant, une toute petite remarque concernant l’article « Consommation » en p.70, pour les compteurs précédant 2013 (c.f. spécification ERDF), dans le calcul du checksum, il ne faut pas prendre en compte le dernier espace avant le caractère de contrôle.

    Si cela peut servir à d’autres…

  7. Bonjour,

    En voilà une revue qui se bonifie avec le temps. Très bon numéro à première vue (juste feuilleté). Au moins, vous ne nous avez pas fait le coup de la revue « open silicium » qui avait aussi fait un article sur la consommation électrique … mais qui nous disait en gros « acheté ce boitier tout fait et on passe à la suite ».
    Hackable est bien pour ca, on trouve des montages intéressants.

    Par contre, une chose me chiffonne. Sur l’article de la récupération de la téléinfo, vous connecter le 5V en direct sur la broche 3.3V du Raspberry Pi ? Elle ne va pas aimer ca des masses la petite framboise. Même pas un petit pont de diode pour passer du 5V au 3.3V ?
    Je me trompe ? N’hésiter à pas me le dire et à m’expliquer si c’est le cas (toujours bien d’apprendre).

    Bonne continuation à vous et à votre revue,
    Krystof

  8. Gros magazine, très content de l’avoir acheté.

    Je vais faire quelques remarques :

    * pour les alim chinoises et boitier, une suggestion : faire les puces et acheter de vieux chargeurs de téléphone portable (Nokia ou autre).. qui fournissent suffisament et en bonne qualité. boitier : mettre des petites boites d’electricien.. ça coute pas cher, et ça peut faire propre… en tout cas, j’ai une valise d’alimentations secteurs glanée un peu partout.

    * pour le monitoring EDF : attention, sur les vieux compteur electronique le I-inst n’est pas présent, il faut le calculer.. c’est un peu chiant. Il faudra que je retrouve le calcul que j’avais fais pour le miens

    * pour le pilotage de la chaudière : j’encourage vivement ceux qui cherchent à faire du confort et de l’économie à regarder de très près ce qu’est un « régulateur climatique » qui régule la température des radiateurs en fonction de la température extérieur : on fonctionne à basse température, et l’installation chauffe moins, mais en permanence : le confort est meilleur, et pour une chaufière à condensation c’est royal. Le thermostat dans une seule pièce ça fait 20 ans que ça ne devrait plus exister. j’ai le même problème que Denis chez moi : et avec la régulation climatique : la salle de bain est chauffée… Sans.. il n’y avait que la pièce principale (dont les radiateurs sont surdimensionnés sans possibilité de réglage) qui était chauffée.

    * l’utilisation de vanne thermostatiques programmable (en réponse à un commentaire) : attention .. sur certaines installation ça peut détruire la chaudière à petit feu ! Ma chaudière NEUVE en a fait les frais : l’installation doit permettre un débit d’eau minimum, si ce n’est pas le cas (toutes vannes fermées par programmation).. alors l’eau se met à bouillir dans la chaudière, on tape la sécurité, et on fatigue anormalement les organnes (siège de vanne..)

    • Bonjour,
      Ce que vous appelez un régulateur climatique est un régulateur avec une sonde extérieur plein nord. Et on fait correspondre une courbe pour lier la consigne de température de départ a la température extérieure. Au minimum il s’agit d’une droite type -10°C EXT -> 70°C T° départ et 20°C EXT -> 20°C T° départ.
      Donc c’est possible à faire sois même, par contre à ma connaissance les chaudières murales ne sont pas capable de travailler autrement qu’en tout ou rien …
      Sur les grands bâtiments ou l’on ne peut pas avoir de sonde de température dans chaque pièce, les températures de départ sont calculées en fonction de la température extérieure. Mais sur une maison individuelle il est préférable de réguler par pièce (régulation dite finale), ce qui n’empêche pas de travailler sur la température de départ :)
      Ce qui compte c’est de ne pas chauffer quand il n’y a personne à la maison, la consommation d’énergie étant directement liée à la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur.

      • En fait, vous avez raison pour les chaudières basiques.

        Mais même les chaudières murales sont capable de faire de la régulation sur température extérieur (viessman sait faire), et même ajouter une vanne 3 voies motorisées. Avec les bruleurs modulant, on est également capable de gérer la puissance de chauffe, et affiner la température de départ.

        Mais.. même sans artifice comme celui ci : on peut tout à fait gérer la chaudière en tout ou rien, en calculant avec l’algorythme de loi d’eau une température de consigne de départ. Puis, on alterne On/Off sur une période de 10 minutes. Exemple : allume 4 minute, couper 6 minutes => avec température de départ de 60° ça fait une moyenne à 30° (j’ai volontairement grossi le trait)
        On ne rigole pas, les régulateurs climatiques comme Siemens RVL ou Viessman font ainsi quand il n’y a pas de vanne mélangeuse.

        A l’époque de ma chaudière fioul, j’ai installé une siemens car trop de problème avec le thermostat dans une seule pièce (on a une maison de 80m² et 7 radiateurs) :
        * nous avons gagné en confort, en supprimant les coups de chaleurs (dépassements de consigne due à la taille des radiateurs)
        * nous avons réduit de 30% la consommation de fioul

        Quand la chaudière a été remplacée par une gaz à condensation, nous avons encore économisé 10% de consommation (ce qui n’est pas si énorme que ça comparé à ce qui nous avait été venté sur la plaquette.. mais qui ne me surprend pas.. l’ancienne chaudière avait 40ans, et chauffait également la cave tellement elle était mal isolée..)

        Je fonctionne avec également une régulation locale par pièce avec des têtes thermostatiques programmables.. qui permettent de réduire légèrement le chauffage quand on est pas là. Seul défaut de ce genre de vanne, c’est qu’elles ferment totalement le chauffage la nuit, en plantant littéralement la chaudière qui fait de la vapeur .. et casse une vanne d’inversion. (il a fallu en retirer et laisser des vannes manuelles partiellement ouvertes pour assurer un minimum de circulation, dans des pièces où le confort n’est pas prioritaire (cuisine, entrée..)

          • Oui, c’est exactement ça ;)

            Cette technique est utilisée avec une période d’environ 10 secondes avec des relais statiques pour « réguler » la vitesse d’un circulateur. Très utilisé sur les régulations solaires..
            Les circulateurs basses consommations utilisent également cette technique.

  9. Salut !
    Merci pour ce nouveau numéro toujours aussi passionnant, même pour un grand débutant comme moi !
    Suggestion pour un prochain article, si jamais du monde est intéressé:

    Un papier sur les bases de la réparation d’un appareil électronique.
    Par exemple j’ai récupéré une vieille GameGear des cartons, et d’après les internets, il semblerait que le problème vienne des condensateurs.
    Je serait curieux de connaitre votre méthodologie (diagnostic/réparation/ ou abandon..) face à un de ces vieux appareils qui ne fonctionne plus trop bien et que l’on souhaiterait ramener à la vie !

    • Merci pour ces compliments :)
      Pour les bases de la réparation, je crois que vous êtes tombé sur la cause de 90% des pannes : les condensateurs électrolytiques.
      Ces composants vieillissent mal, se déforment, se dessèchent, changent de valeur, chauffent… La plupart du temps, leur aspect suffit à émettre un diagnostique (bombé = à changer). Ensuite, la méthodologie de base se résume à vérifier l’alimentation, en sortie des régulateurs et un peu partout sur le circuit (12V, 5V, 3,3V, 3V, 1,2V… etc).
      Une astuce pour juger à peu de frais de la stabilité de l’alimentation est de placer le multimètre sur la position mesure de tension AC et de mesurer une tension continu (DC) en sortie du redresseur ou en entrée d’un régulateur. S’il affiche une tension non négligeable, c’est qu’il y a effectivement du « bruit » ou un signal dans l’alimentation et que les condensateurs ne font plus leur travail.

Les commentaires sont fermés.