Quelques images de ce qui vous attend dans le 10ème numéro…

Comme le veut la tradition, voici un aperçu illustré de ce qui se trouvera dans le prochain et dixième numéro de Hackable, disponible chez votre marchand de journaux dès le jeudo 24 décembre…

10 commentaires sur “Quelques images de ce qui vous attend dans le 10ème numéro…

  1. Bonjour Denis,
    Petite question : Le vendredi 24 décembre c’est en quelle année ? Comme 2016 est bissextile, ça saute directement au samedi ;-)
    A+ et bonne fêtes de fin d’année à toi et toute la rédaction
    Xavier

  2. Bonjour,
    Juste pour féliciter toute l’équipe derrière ce magazine Hackable. J’ai découvert votre magazine en octobre et depuis je me suis abonné. J’ai adoré la façon très claire d’expliquer les différentes étapes de chaque projet présenté, les difficultés rencontrées. Tous les projets utilisent des cartes à la pointe (raspberry et autres), des cartes accessibles (financièrement comme techniquement). Et ce qui fait la différence, c’est conclusions : comment aller plus loin. C’est réellement ce qui fait de ce magazine un magazine à part : il vous donne des explications claires et détaillées sur un projet puis vous fourni des idées pour vous approprier la notion.
    Un grand bravo ! En espérant que cette aventure ira le plus loin possible.

    • Merci beaucoup pour ce commentaire élogieux et pour votre abonnement. Vous résumez parfaitement nos motivations : expliquer clairement les choses, donner des pistes et des moyens, et pousser à l’exploration par soi-même. Tant qu’il y aura des lecteurs curieux et avides de savoir, nous poursuivrons l’aventure :)

  3. Bonsoir,
    J’ai reçu mon magasine mardi. J’ai à peu près tout lu et commandé une carte NFC avec puce NXP et une carte GPS. J’espère qu’elles arriveront avant le prochain numéro.
    A propos du code atomique, je viens de me rendre compte d’erreurs potentielles dans mes développements à base de PIC18. Un bon conseil n’est jamais perdu !
    Longue vie à Hackable et bonne année à toute la rédaction.
    Xavier

    • Je suis ravis que l’article que l’atomicité du code vous ait été utile. J’avais quelques doutes quant à son intérêt dans le magazine en raison du caractère un peu « abstrait » et générique du sujet. Il y a bien d’autres « astuces » et subtilités du même genre à traiter (l’intérêt des macros, la directive « volatile », arithmétiques des pointeurs, etc).
      J’espère que vous prendrez du bon temps et bien du plaisir à « jouer » avec les technologies NFC, une fois la base assimilée le terrain de jeu est absolument énorme ! Et encore, je m’en suis tenu au NFC, si on descend vers les technologies propres aux tags eux-mêmes (Mifare Classic, Ultralight, DESFire, NTAG), il y a encore plus à découvrir.

  4. Ce numéro a été peuplé de bonnes nouvelles , qui m’ont fait comprendre les différentes nuances d’ARMs de la RPi, et qu’il est possible de programmer Arduino Uno comme en C (utilisation de blocs insécables). Cependant, est ce que cette utilisation de blocs atomiques se fait de la même façon sur les Arduini Due?
    Plus généralement, est ce que les montages+ logiciels sont spécifiques à un type d’Arduino ou de portée générale?

    J’ai été aussi très heureux de voir que des lectures non blocantes de l’ADC sont possibles et de comprendre le codage Manchester.

    Cependant, l’horloge sur milliampèremètres m’a laissé perplexe : l’aiguille des heures n’a « que » douze positions, alors que les cadrans continus ont … une infinité de positions, permettant d’afficher par exemple 11H55mn avec une aiguille près de la graduation 12… au lieu de 11 dans le cas discret…

    • L’utilisation des blocs atomiques est un concept général de programmation. La macro ATOMIC_BLOCK est fournie par l’AVR Libc et est donc spécifique aux AVR. Cependant, il semblerait qu’un développeur ait porté cela sur Due/Cortex-M (http://forum.arduino.cc/index.php?topic=125253.0). La macro cependant n’est pas importante en elle-même, ce qui l’est c’est de rendre un morceau de code non interruptible, et ceci est transposable à n’importe quelle plateforme.

      Ce dernier point est d’ailleurs valable pour tous les projets du magazine. Arduino est la plateforme la plus populaire et donc celle qui sert de base pour les articles. N’importe quelle carte disposant d’un environnement de développement reposant sur la lib Wiring (Energia, Mapple, ESP8266, etc) pourra permettre la transposition des exemples et montages. De façon plus générale, mais avec un peu plus de travail, nos exemples sont également transposables sur peu ou prou n’importe quoi.

      Concernant l’horloge ampèremètre, c’est un choix de conception de ma part qui repose simplement sur l’observation suivante : avec deux cadrans on a le réflexe de lire l’heure puis les minutes. Il est plus intuitif donc, je trouve, à midi moins cinq, de lire 11 puis 55, comme sur une horloge à affichage digitale. Mais oui, en effet, un fonctionnement plus proche d’une montre à aiguille classique et aussi une option et faire évoluer le code dans ce sens ne demande pas beaucoup d’efforts. Ceci est également valable pour la distinction entre matin et après midi : on peut basculer le cadran des heures en 24h, ajouter des leds dans les cadrans pour jouer sur la couleur ou encore tout simplement ajouter un nouveau cadran « matin/aprem ». Les montages du magazine ne sont pas juste des réalisations à copier mais aussi et surtout des points de départ pour des projets personnels différents ou plus complets.

Les commentaires sont fermés.