Hackable 14 est chez votre marchand de journaux !

Après des vacances très studieuses (pour nous), voici venir le nouveau numéro de Hackable pour septembre/octobre. Les vacances sont peut-être finies mais ce n’est pas une raison pour délaisser votre appareil photo numérique, car branché à une Raspberry Pi à l’aide d’un simple câble USB, il deviendra possible pour lui de faire énormément de choses… sans vous.

Grâce à gPhoto, ImageMagick, un peu de Python et un peu de ligne de commandes, le duo APN+Pi vous permettra des prises de vue en continu, la retouche d’images automatisée (dimensions, filtres, classement, marquage, horodatage, etc), la création de time-lapses sans limite et même le déclenchement par un capteur de mouvements infrarouge !

Et tout ça quel que soit votre modèle et marque d’appareil, reflex, compact, hybride… cher ou bas de gamme… car gPhoto supporte plus de 1800 APN (et plus encore, si on compte tous les modèles PTP logiquement compatibles par défaut) !

Mais ce numéro ne parle pas que de photo. Au menu : écran e-paper, smartwatch Tizen, essai du CHIP et du PocketCHIP, gestion d’alimentation pour vos projets Arduino, point d’accès Wifi en bridge avec une Pi, icônes et emoji dans les SSID, afficheur à led, capteur de température et d’humidité sur base Arduino et BME280…

Au sommaire de ce numéro :

  • Actualités
    • p.04 : Tizen, l’autre plateforme mobile open source…
  • Equipement
    • p.14 : Le C.H.I.P : le tueur de framboises ?
  • Ardu’n’co
    • p.26 : Un affichage sur papier électronique pour votre Arduino
    • p.38 : Créez un moniteur de température et d’hygrométrie
  • En couverture
    • p.50 : Contrôlez votre appareil photo numérique avec votre Pi
    • p.62 : Manipuler et traiter automatiquement vos photos sur Raspberry Pi
    • p.78 : Prenez des clichés automatiquement en cas de détection de mouvement
  • Embarqué & informatique
    • p.86 : Votre Raspberry Pi en pont Wifi/Ethernet
  • Tensions & courants
    • p.94 : Intégrer l’Arduino dans une réglette lumineuse : attention à l’alimentation !

PocketCHIP Capteur de mouvement PIR pour les photos Samsung Gear S2 sous Tizen Marquage automatique des photos prises par La Pi et un EOS 700D 72 leds WS2812b et un Arduino Nano, attention à l'alimentation ! Raspberry Pi et appareil photo numérique : le duo parfait ! Il faisait chaud lors de la rédaction du numéro 14 ;) L'écran e-paper ou papier électronique...

Mais... qu'est-ce que quoi de comment... d'où sortent ces icônes dans la liste des points d'accès Wifi de mon pomme-nifaune ?!?!!

 

 

 

 

 

9 commentaires sur “Hackable 14 est chez votre marchand de journaux !

  1. Haaa, ce numéro tombait à point.

    J’étais en train de refaire totalement mon système de mise à disposition de mes photos. Un truc automatique, qui demande normalement 0 maintenance.

    Il me restait un dernier truc qui nécessitait une opération manuelle de copie des photos de l’appareil vers un endroit pour ingester le tout.. avec gphoto, et un peu de udev, je devrais pouvoir automatiser la récupération des photos.

    J’utilise ImageMagic depuis quasiment 10 ans, c’est vraiment un super outil.

    • Oui pour moi c’est pareil, ImageMagick est une vrai merveille, je l’utilise presque quotidiennement.
      Mise à dispo des photos… tiens ça me fait penser que j’aurai pu ajouter un petit quelque chose que la mise en ligne genre : timelaspe toutes les heures, formatage, marquage date/heure et upload sur un service en ligne comme Google Photo, Flickr, Dropbox… Je vais me noter ça dans un coin :)

  2. Bonjour :
    j’ai beaucoup apprécié votre magazine. L’article sur le suivi de l’humidité m’a cependant posé quelques petits problèmes, même si le schema d’un adaptateur biderctionnel I2C 5vI2C 3v est fort utile.

    P1 : vous vous plaignez d’avoir peu de place RAM restante; dans le même temps,https://github.com/Lefinnois/DSP0401B/blob/master/DSP0401B/DSP0401B.cpp fait appel à du SPI « bit bangué », laissant certes une grande souplesse en matière de cablage, mais consommant plus de ressources que le SPI matériel -si le péripherique s’y prête-.

    P2 : page 42 ; les bits arrivent en file indienne: tant que LAT n’est pas « actif », ils sont ignorés (pourraient être des parasites); quand LAT est actif, ils sont enregistrés, sans interférence avec les segments: le rafraichissement des segments n’a lieu qu’à l’inactivation de LAT (c’est ce point qui n’est pas clair pour moi : un refraichissement continu des segments serait horrible)

    P3
    Si on est incapable d’interprèter l’humidité en pourcentage, il y a deux indicateurs qui peuvent etre déduits de l’humidité:

    la température du point de rosée, qui est la température à laquelle il faut refroidir pour atteindre une condensation à pression constante (sert pour les refroidisseurs de climatiseurs) . elle est très simple à calculer
    https://en.wikipedia.org/wiki/Dew_point

    et celle du thermomètre mouillé (a servi aussi à déduire l’humidité relative, aux 19-ième/20 ième siècles, deux thermomètres étaient moins chers qu’un hygromètre et beaucoup plus faciles à maintenir), qui est celle qu’atteint un linge mouillé (ou une langue de chien, ou une peau humaine, ou une feuille de plante bien irriguée), correctement ventilée : il peut donc se refroidir par évaporation (par exemple, en Mauritanie, la température du thermomètre mouillé est de 16 C : une bouteille enveloppée d’un linge humide atteindra cette température, alors qu’il fait 35 C -très inconfortable en France- . Cette grandeur est plus compliquée à calculer et liée au confort (des faibles valeurs garantissent, si on règle les problèmes de déshydratation grâce à {Pepsi| Coca} , une sensation de confort -ou pas- ) , voire à la santé https://en.wikipedia.org/wiki/Wet-bulb_temperature#Wet-bulb_temperature_and_health. Les formules de calcul sont beaucoup plus compliquées (mais la dépendance à la pression permettrait d’exploiter pleinement cette carte , même à 1500 m d’altitude ….)

    Pour savoir si des objets sont susceptibles de se couvrir d’eau de condensation, une façon de faire serait de connaître la tension de vapeur (déduite de l’humidité relative et de la température), de faire le pari que cette tension de vapeur variera peu, et que la condensation sera éventuellement liée au refroidissement : comparer une température minimale prévue à la température du point de rosée a alors tout son sens (et est plus facile que de dire : « il fait 15 C et j’ai 80% d’humidité relative; je sais que la température baissera de 2 C  » )

    • En effet, utiliser le SPI matériel le l’AVR peut être une économie de SRAM et de flash,et une option si on en arrive être en manque de mémoire. Mais comme dit dans l’article, ce n’est pas le cas présentement. L’idée était surtout de mettre en avant le fait que les fonctions « de confort » comme snprintf() sont certes bien pratique mais qu’elles viennent avec un coût, et qu’il faut donc réserver leur utilisation dans les cas où on peut se le permettre et ne pas en faire une généralité. En termes d’économie de mémoire et d’optimisation, si nécessaire, on peut également se passer totalement de l’assistance des bibliothèques Arduino/Wiring, voir commencer à envisager l’utilisation de l’assembleur, qui dans le cas des AVR n’est pas si compliqué et apporte une réelle différence.

      Je ne suis pas sûr de comprendre votre interrogation à propos de l’utilisation de LAT. La logique de fonctionnement du TLC5926 consiste à « clocker » les données puis à les latcher dans les composants (éventuellement en désactivant l’affichage jusqu’au latche, cf figure 7 page 15 de la datasheet du TLC5926 (http://www.ti.com/lit/ds/symlink/tlc5926.pdf)). Oui, ces données pourraient être des interférences, tout comme le signal CLK, mais la protection contre ces dernières fait partie du cahier des charges et il faut les régler matériellement. En utilisant des câbles non blindés de 50cm entre l’Arduino et l’afficheur, il y a toutes les chances que ce genre de problèmes surviennent. Il en va de même pour le bus i2c.

      Enfin, merci de vos commentaires et en particulier les informations très intéressantes à propos de l’humidité relative et de la condensation.

  3. Hello
    Thankyou for the great magazine. Just found this space only uses a keyboard QUERTY… I am asking about a reference pg 89 listing — #pilote — driver=n180211–
    where did this reference come from?….. I am looking for a driver for a TG123g Thomson…. for the same application

    Thx
    fildefer07

    • Hi,

      « nl80211 » is not actually a real driver here but an interface to talk to the driver. nl80211 is the standard for moderns kernel drivers, hostapd also support « hostap », « madwifi » and « prism54 » for (very) old drivers. (http://linuxwireless.org/en/users/Documentation/hostapd/).

      The problem with TG123g (Realtek RTL8187B chip inside) is that there is not AP support. You can check this my using « sudo iw list » and look for « Supported interface modes » in the output. If there is no « AP » but just « managed » and « monitor », you can’t use this device for Access Point creation. More info here about Realtek RTL8187 devices and Raspberry Pi : https://www.raspberrypi.org/forums/viewtopic.php?f=28&t=17489

      Version français / French version :
      « nl80211 » n’est pas vraiment un pilote ici, c’est une interface pour que hostap dialogue avec le pilote. La plupart des pilotes actuels utilise l’interface nl80211 mais hostpad peut également utiliser « hostap », « madwifi » ou « prism54 » pour les (très) vieux pilotes. Le problème avec le TG123g (utilisant une puce Realtek RTL8187B), c’est qu’il ne semble pas y avoir de support pour la création d’un point d’accès. On peut utiliser la commande « sudo iw list » et chercher la mention « Supported interface modes » dans la sortie, s’il n’est pas fait mention de « AP » mais simplement « managed » et « monitor », c’est que le périphérique ne peut pas fonctionner en point d’accès mais uniquement en client Wifi.

  4. Bonjour et encore bravo pour ce magazine hors norme !

    Concernant le dernier article, il est préconise d’utiliser (par exemple) un arduino nano officielle.

    Mais voilà ce que je trouve lorsque je recherche une nano officielle:
    https://www.arduino.cc/en/Main/ArduinoBoardNano

    Celle-ci ne semble plus … officielle.
    Y a-t-il un remplacement de prévu?

    Cordialement.

Les commentaires sont fermés.